jeudi 5 avril 2018

samedi 3 mars 2018

Venez nombreux !

samedi 10 février 2018

Le Choix de l'Ecole, le changement, et la liberté





"It's important to appreciate that social reality can be transformed; that it is made by human beings and can be changed by human beings; that it is not something untouchable, a fate or destiny that offers only one choice: accommodation. It's essential that the naive view of reality give way to a view that is capable of perceiving itself (...) that a critical optimism (...) can move individuals toward an increasingly critical commitment to radical change in society." - Paulo Freire

vendredi 8 décembre 2017

Colonialisme digne contre communautarisme : La Politique Réfugiés de la Ville de Paris


samedi 14 octobre 2017

Déconstruire pour reconstruire



dimanche 17 septembre 2017

Une Idée Folle : Prendre au sérieux l'expérience de soi


dimanche 1 janvier 2017

samedi 1 octobre 2016

La Vie à la Maison


Je ne sais pas ce que je fais là. 

Il y a tout juste un an, étudiante en anthropologie, je passais par ici, me tardant devant la porte de cette charmante maison en brique rouge pour lire les annonces d’événements à venir scotchées sur la porte d'entrée. Il m'arrivait d'y assister, de prendre place dans les premiers rangs pour être tout près d'Olivier Barrot et son invité du mois. La dernière fois c'était Laure Adler et il était question du vrai Mitterrand donc je me suis mise à rêvasser ne pouvant supporter une version des faits autre que celle qui m'était chère.

vendredi 22 avril 2016

Conférence « Le Français, Oui, But Why ? » au LFNY, le samedi 16 avril


Conférénce "Le Français, Oui, But Why ?" au LFNY

J’ai eu le plaisir d’assister, le samedi 16 avril, à une conférence au Lycée Français de New-York, autour des défis de la langue française en sa qualité de langue de la culture par excellence. Parmi les invités de la première table ronde, la journaliste Rokhaya Diallo, l’écrivain Adam Gopnik, l’historien Patrick Weil, et l’universitaire Eileen Angelini.

C’est un sujet qui me tient à cœur, bien évidemment, étant francophone « par acquisition » et non « par naissance », et arrivée à ce stade dans mon développement linguistique et identitaire où l’expression me vient avec beaucoup plus de naturel en français qu’en anglais, car correspondant à une identité choisie et non héritée. Mais toujours est-il que mon accent suscite beaucoup de fronts froncés et regards méfiants….